Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

CCI Alsace Eurométropole

1er accélérateur pour les entreprises

Céder son entreprise - Témoignage d'un dirigeant cédant

Jean STAEDELIN témoigne de son parcours lors de son projet de cession

La cession fait partie du cycle de vie de l'entreprise, charge au dirigeant en place de préparer cette transmission, de trouver un repreneur et d'assurer la transition. Pour préparer ce processus, qui peut être long, le dirigeant doit prendre le temps de la réflexion.

Cédant et repreneur
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez

 

Jean Staedelin

 

 

 

Jean STAEDELIN

Ancien dirigeant de DECOFERM à Mulhouse

 

Interview réalisée en octobre 2021 par un conseiller CCI

Comment avez-vous préparé votre projet de cession ?

la CCI m’a proposé plusieurs dossiers de repreneurs potentiels, ensemble, on a sélectionné certains profils

Après un premier contact avec un conseiller de la Chambre de Commerce et d’Industrie en cession d’entreprise, me demandant si j’avais déjà réfléchi à une cession, la CCI m’a proposé plusieurs dossiers de repreneurs potentiels. Ensemble, on a sélectionné certains profils que j’ai, par la suite, rencontrés.

Il n’y a pas eu de réelle préparation deux ou trois années avant de céder l’entreprise. Mais, j’ai tout de même pris le soin d’avertir les salariés de l’entreprise au sujet de mon projet de cession. Je les ai prévenus avant d’avoir figé le repreneur qui allait reprendre l’entreprise, soit plusieurs mois avant l’acte de cession.

Comment se sont organisées les négociations avec les repreneurs ?

Lorsque l’on vend une entreprise, il faut que ce soit une bonne affaire pour les deux parties

Tout d’abord, j’ai transmis divers documents à la CCI comme les bilans et comptes de résultats des derniers exercices, les différents contrats en cours, la liste du personnel et l’administratif de base afin que le repreneur puisse se faire une première idée sur l’entreprise et de son évolution. Ces documents ont été transmis par le biais de la CCI aux différents dossiers de repreneurs potentiels. Parmi ceux intéressés par ces documents, nous nous sommes rencontrés. Puis, au fur et à mesure des rendez-vous et des discussions, les dossiers de repreneurs se sont affinés. 


Afin de concrétiser l’idée que les repreneurs avaient de l’entreprise, ils sont venus visiter les locaux. Il est important de montrer l’entreprise sous ses moindres détails pour que tout soit clair dès le début. Lorsque l’on vend une entreprise, il faut que ce soit une bonne affaire pour les deux parties. On ne doit rien cacher aux divers repreneurs. C’est pourquoi j’ai transmis au repreneur de l’entreprise l’ensemble des documents qu’il me demandait tout au long du processus. L’objectif était de lui montrer qu’il peut avoir confiance en l’entreprise. 

Le fait d'avoir rencontré plusieurs repreneurs a-t-il aidé à vendre l'entreprise ?

Il est sûr qu’un feeling se construit et se développe avec le ou les repreneurs

Il est sûr qu’un feeling se construit et se développe avec le ou les repreneurs. Certains sont davantage compétents et pertinents pour l’entreprise. Mais ce ciblage est principalement réalisé à travers les dossiers de reprise que les repreneurs ont envoyé à la CCI.

L’étape suivante est un peu comme un entretien d’embauche. Vous savez, pour reprendre une entreprise, il faut tout de même avoir une vue globale en gestion d’entreprise. Plus précisément de petite entreprise, concernant celle que je dirigeais.

Après avoir vécu votre projet, quels conseils donneriez-vous à un cédant pour préparer sa cession ?

Il est important de ne pas vouloir vendre quelque chose qui n’existe pas

Je pense que la cession de son entreprise doit être effectuée en toute transparence auprès des repreneurs. En quelque sorte, il ne faut pas habiller la mariée mais la vendre telle qu’elle l’est.

Certes, l’entreprise peut présenter des aspects qui peuvent déplaire aux repreneurs comme d’autres qui peuvent, au contraire, leur plaire.

La confiance est primordiale lors des rapports, rencontres et négociations qui vont avoir lieux et doit s’établir avec les différents repreneurs. À partir du moment où on est honnête auprès de ceux-ci, les parties commencent à se libérer entre elles. Une confiance s’instaure. Aussi, les discussions ne sont pas forcément formelles. Il est tout à fait possible de discuter d’un sujet très sérieux comme en évoquer un autre sans retenue. 


Enfin, je dirais qu’il est important de ne pas vouloir vendre quelque chose qui n’existe pas.
 

Quels a été le rôle de vos différents conseils lors de votre projet de cession ?

L’accompagnement des conseillers s’est révélé être un tremplin

Tout d’abord, j’ai participé à des entretiens avec la CCI après avoir été contacté par les conseillers en cession. Ces derniers m’ont accompagné dans mon projet en me mettant en relation avec de potentiels repreneurs. Pour moi, l’accompagnement des conseillers s’est révélé être un tremplin pour débuter la cession de mon entreprise. 

 
J’ai également eu de nombreuses discussions avec mon expert-comptable afin de fiabiliser des valorisations, des documents et toutes autres démarches comptables utiles lors du processus de cession.  Ayant une relation de longue date avec le cabinet d’expertise, nos discussions sont claires et basées sur une certaine confiance.